Allez au contenu

Beni – Le rouge à lèvre traditionnel japonais

Beni rouge a levre japonais geisha

La tradition du rouge à lèvres est très ancienne au Japon. C'était un élément indispensable utilisé par les femmes de la haute société et bien sûr les Geisha. Le rouge à lèvres traditionnel était appelé Komachi Beni, nom dérivé du pigment rouge obtenu à partir du "benibana" (une plante appelée « Le carthame » ou « carthame des teinturiers »), cultivé dans la préfecture de Yamagata au Japon.

 

L'utilisation du Komachi Beni a gagné en popularité à partir des années 1600, et à la fin du 19e siècle, il faisait partie intégrante de la coiffeuse de toute dame japonaise à la mode.

   

   

Sommaire : 

  • Histoire et fabriquation du Komachi Beni 
    • Comment appliquer le Komachi Beni ?
    • Sasabeni
    • Bo-beni
    • La subtilité du rouge à lèvre chez les Geishas
    • Le premier rouge à lèvres Beni moderne par Isehan Honten
  • L’embellir Lipstick de Menard, une couleur nippone vieille de 1000 ans

 

Histoire et fabriquation du Komachi Beni 


   

   

Komachi Beni est tapissé dans un petit bol en forme de coquille appelé "ochoko". Une tasse de Komachi Beni nécessite quelques milliers de carthames pour être créée, après une longue fermentation, et vous donnera peut-être environ 50 applications.

 

Le Komachi Beni est étalé uniformément à l'intérieur de petites tasses ou de bols et, contrairement aux cosmétiques occidentaux à base d'huile, lui sèche en prenant une couleur verte irisée, preuve de sa grande qualité. Tour de magie, c’est enfin lorsque le komachi beni est humidifié après séchage qu’il prend sa magnifique teinte rouge.

 

   

   

Comment appliquer le Komachi Beni ?

   

Lorsqu'on l'humidifie avec le doigt ou un pinceau, il devient rouge. Le rouge s'applique plus comme une teinture que comme un gloss. Plus vous en appliquez, plus le rouge est profond. Vous pouvez passer du rose clair au rouge profond et il celui-ci reste longtemps.

 

   

Sasabeni

   

Le Sasabeni - une combinaison de rouge et de vert pour les lèvres, était également un style de lèvres extrêmement populaire au 18ème siècle. On peignait d'abord toute la lèvre avec du beni (du carthame) et ensuite la lèvre inférieure avec un vert irisé provenant de la tige de Sasa (une espèce particulière de bambou).

   

Bo-beni

   

À la fin des années 1800, les femmes utilisaient également un bo-beni, un crayon que l'on frottait avec un mouchoir en papier avant de l'appliquer sur les lèvres avec le doigt, et dans les années 1910, les rouges à lèvres compacts ont commencé à faire leur apparition.

 

Au moment de la Seconde Guerre mondiale, le Komachi Beni était pratiquement obsolète, en raison de la concurrence des rouges à lèvres occidentaux très populaires. Vous avez peut-être encore trouvé des Okiyas traditionnels qui appliquaient la peinture sur leurs Geishas, mais il était difficile de s'en procurer pendant les années de guerre.

 

   

La subtilité du rouge à lèvre chez les Geishas

   

   

   

Les Geisha ne faisaient pas seulement qu’appliquer le rouge à lèvre beni de manière simple.

Le rouge à lèvres était appliqué dans des nuances de rouge vif et mélangé à du sucre cristallisé afin de donner un aspect lustré aux lèvres. En somme, toute la procédure allant de la composition du rouge à lèvre jusqu’à la manière de l’appliquer relevait de nuances subtiles très réfléchies. De plus, ces différences dans la recette et l’application du rouge à lèvre permettait à certaines Geishas de se différencier et d’afficher leur rang.

 

Le rouge à lèvres beni des maiko (apprenties Geisha) sera moins élaboré que celui des Geiko (véritables Geisha possédant toutes les qualités de cérémonie du thé et de discussions). Certaines lèvres ne sont que partiellement colorées, tandis que d'autres le seront entièrement. Cela déterminait le « niveau de la féminité » de la geisha se rapprochant de la femme japonaise idéalisée (yamato nadeshiko). Plus on progresse dans l’échelle des geishas, plus les lèvres sont pulpeuses, rouges et profondes avec des nuances subtiles.

   

Le premier rouge à lèvres Beni moderne par Isehan Honten

   

Après la Seconde Guerre mondiale, Isehan-Honten s'est associé à Shiseido pour produire une marque de cosmétiques modernes dans les années 1940 et 1950, appelée Kiss Me Tokushu, qui commercialisait des rouges à lèvres, des push-up et roll-up, et des rouges. L'actrice Yoko Katsuragi a été utilisée comme premier modèle dans les publicités Kiss Me.

   

   

L’embellir Lipstick de Menard, une couleur nippone vieille de 1000 ans


   

Véritable rouge à lèvres aux propriétés anti-âge (fiche produit), l’embellir lipstick à des couleurs à la fois typiquement nippones et résolument glamours. Le « vermillon » ou 朱色 (lire shuiro) en japonais mis à l’honneur est une couleur qui au Japon est associée depuis plus de 1000 ans aux sanctuaires shintō.

 

   

   

   

Chargement en cours...
Nous contacter

Nous contacter

Paiement sécurisé

Paiement sécurisé

Commande cadeau

Commande cadeau

Livraison gratuite

Livraison gratuite

Echantillons gratuits

Echantillons gratuits

Points de ventes

Points de ventes